Xiberoa Zinez / XORA

Xiberoa Zinez
  • Soutenir en 2010 la création du premier long métrage en souletin, réalisé par un Souletin entouré d’autres valléens (acteurs, production, techniques …)
Et dans le même temps
  • Aller de village en village pour diffuser sur les places de Soule des films (documentaires ou fictions) résonnant avec des questions mises en jeu dans notre quotidien (milieu rural, identité, création/tradition, langue(s)...) accompagnés de débats, de spectacles en diffusion ou créés spécialement en rapport avec les thématiques
  • Enrichir notre patrimoine culturel grâce à un média encore sous-utilisé en Soule : l’audiovisuel
  • Créer une dynamique autour de la création du long-métrage
  • Utiliser le média audiovisuel pour réfléchir sur notre culture et l’enrichir
XIBEROA ZINEZ EGITASMOA
Zubererazko lehen fikziozko filma sustengatu, Xiberotar batek zuzendua, eta beste andana batez inguratua (aktore, produkzioa, teknika...)
eta denbora berean :
  • Beste film batzuren hedatzea Xiberoako herrietako plazetan (dokumental zoin fikzioak); film hauek lekuko biziarekin oihartzuna dutena (baserri mundua, nortasuna, sorkuntza/tradizioa, hizkuntza(k)...). Eztabaidak, ikusgarriak emanik ala hortarako sorturik, gai horiekin lotuak direnak... (ikus "iragana" orrialdea, 2011)
  • Gure ondarea aberastu guti erabilia den hedabide batez: ikus-entzunezkoa
  • Dinamika bat sortu filmaren egitearen inguruan
  • Ikus-entzunezko medioa erabili, kulturari buruzko gogoeta gisa
________________________________________



http://www.senscritique.com/film/Une_croix_gammee_sur_la_Bidasoa/11175013/videos

Réalisation : Alfonso Andrés et Javier Baraja
Pendant la Deuxième Guerre mondiale, le cinéaste allemand Herbert Brieger réalise Im lande der Basken, un documentaire  directement lié au projet de création d’une alliance entre les nazis et le mouvement nationaliste basque afin de construire un nouvel ordre territorial en Europe. Une croix gammée sur la Bidassoa c’est l’histoire de ce film à travers des documents inédits et de témoignages des survivants.

 vendredi 23 octobre 2015 20H30 
cinéma Maule Baitha





http://guresorlekuarenbila.eus/
Hazparne, 1956. Ikusmira handiaren erdian, Euskal Herriari buruz euskaraz egindako dokumental bat estreinatzen da herriko zineman. Hurrengo hilabeteetan Iparraldeko herrietan, Parisen, San Franciscon edo eta Dakarren proiektatu arren, haren arrastoa misteriotsuki desagertu eta denek ahaztu egingo dute laster.
Hirurogei urte beranduago, Josu Martinez zinemagilea haren bila hasiko da.

C'est l'histoire de la recherche du premier film réalisé en basque dont toutes les copies ont mystérieusement disparu à la suite d'une tournée internationale débutée à Hasparren en 1956. Tout un symbole alors que l'euskara partage le sort des langues menacées d'extinction. Josu Martinez, le réalisateur de Gure sor lekuaren bila (A la recherche de notre lieu de naissance) en a fait le thème de sa thèse de doctorat : Euskarazko lehen filmaren aurkikuntza (La recherche du premier film basque).
 
Samedi 24 octobre 17H00
cinéma Maule Baitha






https://www.youtube.com/watch?v=wEiObdCw81c
Lehendakaritzara, trikimailuen bidez, lehen lehendakari ez-nazionalista iristen denean hirugarren karlistadarako hazia sortzen da eta bi zientifiko karlistak Zumalakarregi berpizten saiatuko dira. Esperimentuan idiazabalgo gazta lehiaketan aurkeztuko duten gazta kutsatu egiten da eta ondorioz Ataundar guztiak zonbiak bilakatzen dira gazta janagatik...
Zuzendariak eta ekoizpena: Xabier Padin eta Beñat Iturrioz

eta 

https://www.youtube.com/watch?v=QlDucg4RKgU

vendredi 23 octobre 2015  23H00
Hebentikenean






http://www.sistiaga-unehistoirebasque-lefilm.com/le-film/


Un projet de 20 ans repris en 2011, capturant le montage d’une rétrospective de l’œuvre de Sistiaga à Donosti
Réalisation :
Manuel Sorto
 

Samedi 24 octobre 2015  21H00
Hebentikenean






 
Courts-métrages de Marc Lahore
9:00 - 13:00
samedi 24 octobre 2015
maison du patrimoine (salle obscure rez-de-chaussée, à gauche)


_________________________________________________________________________

LE DVD "Xora" est disponible au prix  de 12 euros

 ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


CHEZ IBAR filmaren ikusteko
Labur metra hau Hebentik elkartek uda honetan antolatu ikastaldiaren emaitza da, Cyril Peyramond film egilearen inguruan. Ibar-eneko dantza leku mintzo, hanko naugusia eta etxekandere ere bai.
Formakuntza hori Xiberoa Zinez egitasmoan sartu da. Hebentikek 2010 urtetik aintzin zine munduan eramaiten duena (Xora, film hedapena Xiberoako herrietan...). 
Voir le film CHEZ IBAR
 Ce court métrage est une partie de l'aboutissement de la formation organisée par HEBENTIK cet été encadrée par Cyril Peyramond, documentariste. Le dancing de chez Ibar reprend vie.
Cette formation entrait dans le programme Xibero Zinez que mène l'association depuis 2010 (réalisation du film Xora, diffusion de films dans les villages de Soule...).
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


en français plus bas
2011ko Martxoaren 10ean iragan da
XORA filmaren estrenaldia
irakur prentsaren kritika
heben eta heben ere bai
Peio Cachenaut-en elkarrizketa Berria aldizkarian
aqui  
hemen

irakur Mixel Etxekoparen kronika
Kanaldudeko bideoa ikus



Autorearen asmoa 
Duela hogei bat urte musikari gertatu iraultza bezala, zinema adierazpenari doakion teknologia (tresna numerikoak batez ere) « demokratizatu » egiten da : mogimendu horrek eragina du zinema desberdin baten sortzea, diru iturri handietarik bazter dauden gune eta jendeen adierazpena, Hego Ameriketan edo Afrikan adibidez. Ordu zen dudarik gabe xiberotarrek adierazpide hau balia dezaten, Xiberoaren erakusteko eta entzunarazteko ere.
Beraz film honek zine « gramatika » sinple bat erabiliko du, plano luze eta egonkorretan oinarriturik, Xiberoako zoko batzuen ederresteko, batez ere Larraine gaineko Pixtako etxolan. Joan-etorriaren gaia ere oinarria izanen da, lan obligazio eta arte lanaren artean, errealitaearen gordina eta ametsaren artean, natura eta hiriaren artean…..
Ixtoriak gai desberdinak jorratzen ditu, lehen lerroan transmizioa eta ondarea, kasu honetan arte sorkuntza sailetik ikusiak, baita ere lokarri hertsi eta misteriotsu horiek sorkuntza eta burujabetzaren artea ; azkenik ere sortzailea eta bere obrararen arteko harremanak…
Maisu / ikasle harreman horren adierazgarri, bi aktore nagusiek harreman desberdinak dute euskararekin : batak ama hizkuntza du eta bestea aldiz euskaldun berria da. Zinemak bere rola duke transmizio honen lekukotasuna izanez, pantailan literalki agertuko baita.
Azkenik filmak xiberoako euskalkia entzunaraziko du, errejistro bat beno gehiagotan agertuko denean : ahozko xiberotarra, egun guzitakoa, beste hizkuntzek eragiten dutena, eta beste bat, literarioagoa, abstraktu eta behar bada « garbiagoa ».


GENERIKA

Haurra Pako Etxebest
Gizona Mixel Etxekopar
X Jef Goienexpe
Hollywood Dominika Rekalt
Aintzindari ülüna Jean-Marie Collen
X-ren lagüna Xan Alkat
Emazte Zaharra Angélique Fulin
Marko Mixel Foucher
Nausia Allande Errezarret
Nerea Xantiana Rekalt
Nausiaren alaba Inesa Decung
Nausiaren emaztea Gertrudis Albisua
Kantaria Maddi Oihenart
Kantariaren alaba Céline Oihenart
Kontzertuko taldea AGUIRRE taldea

Gidoia : Peio Cachenaut
Elkarrizketak: Dominika Rekalt
Jef Goienexpe
Peio Cachenaut
Musika: Jeremie Garat
Musikariak : Jeremie Garat
Mixel Etxekopar
Romain Larregain
Rafaël Ferreira
Zuzendaria: Peio Cachenaut
Zuzendari laguntzailea : Joana Asurmendi
Bigarren zuzendari laguntzailea : Joana Duhalde
Script : Suzanne Tatté

XORA
PRENTSAN / Dans la presse


Kazeta.info Gorka Bereziartua
 
Le Journal du Pays Basque

GARA egunkariaren artikulua


BERRIA egunkariaren artikulua

Argia aldizkaria 1    Argia aldizkaria 2

Le 10 mars a eu lieu l'avant première du film XORA

Intention de l'auteur
    Ayant depuis dix ans investi les domaines du théâtre, de la musique, de la danse, etc…, Hebentik aborde maintenant le médium cinématographique, pour un projet dans le droit fil des travaux précédents, simple dans leur conception, et leur confection. Ce projet s’inscrit directement dans cette lignée .
   Dans un mouvement assez semblable à la révolution qui a touché la musique il y a maintenant une vingtaine d’année, les outils technologiques (notamment numériques) propres à l’expression cinématographique commencent à se « démocratiser » : ce mouvement a permis l’émergence d’un cinéma différent, expression de lieux et de personnes à l’écart des grands flux de capitaux, en Amérique du Sud par exemple, ou dans certains pays d’Afrique. Il était certainement temps que les souletins s’emparent à leur tour de ce moyen d’expression, dans un projet visant à donner à voir, et aussi à entendre, la Soule.
   A cet égard, le film reposera sur une grammaire cinématographique simple, à base de plans   longs et souvent fixes, cherchant à exploiter la splendeur visuelle de certains recoins de la Soule, et notamment la montagne, à Pixta, au-dessus de Larrau. Il reposera également sur un motif visuel récurrent, celui de l’aller-retour, entre obligations professionnelles et pratique artistique, entre « noyau dur » du réel et état de rêverie, entre nature et « ville », etc…
   L’intrigue aborde différents thèmes, au premier rang desquels les questions de transmission et d’héritage, ici à travers le prisme de la création artistique, mais aussi les liens étroits et mystérieux entre les démarches de création et d’émancipation, et enfin les rapports d’un créateur à son œuvre…
   Pour illustrer cette relation maître / disciple d’un genre particulier, il semble approprier de choisir deux acteurs ayant des rapports différents avec la langue basque : pour l’un il s’agit de sa langue maternelle, pour l’autre, une langue apprise à l’âge adulte. Le cinéma a sûrement sa part à jouer dans le témoignage de ce passage de flambeau, littéralement illustré à l’écran.
   Enfin le film doit donner à entendre le Souletin, qui passe un peu par tous les états au long du métrage : un Souletin oral, utilisé tous les jours, poreux aux apports des autres langues, et un Souletin écrit, plus littéraire, abstrait et aussi peut-être plus pur.


Xiberoa Zinez, un programme de trois ans
2011
  • Tournage du film Xora
  • Diffusion d'œuvres cinématographiques dans des villages de Soule (voir page "archives", 2011)
  • Formation à la réalisation (première cession)
2012
  • Montage et mixage du film Xora
  • Diffusion du film Xora en Soule, dans les autres provinces du Pays Basque, plus loin...
  • Formation à la réalisation
2013
  • Réalisation du DVD du film Xora
  • Diffusion de documentaires réalisés en Soule
  • Diffusion d'œuvres dans les villages de Soule

Aucun commentaire: